Mis en avant

Téléconsultation : ensemble, prenons soin de votre santé au travail

Comment allez-vous aujourd’hui ? Une simple question posée régulièrement au travail par nos collègues, notre hiérarchie à laquelle nous répondons “ça va” par automatisme. 
Pourtant, la santé mentale au travail est un enjeu de santé publique majeur, mis en lumière par la crise sanitaire de la COVID-19.

Peur du virus, privation de liberté, incertitude généralisée… la pandémie génère un mal-être certain dans la vie, et, notamment au travail. Et celui-ci se traduit par une hausse importante de la demande en accompagnement psychologique. Face à ce nouveau besoin, la téléconsultation est une nouvelle possibilité pour les personnes en demande d’un accompagnement réactif et souple.

Les avantages de la téléconsultation

Le confort de faire une consultation de chez soi :

  • Plus besoin de se déplacer : vous pouvez effectuer votre consultation vidéo de votre domicile, sur votre lieu de travail ou même sur votre lieu de vacances !
  • Gain de temps : vous ne passerez plus de temps dans les transports pour venir au cabinet.

L’obtention d’un rendez-vous plus rapidement :

  • 2 consultations vidéo sur 3 ont lieu moins de 24 heures après la prise de rendez-vous. Cette disponibilité plus rapide est notamment due à l’existence de créneaux dédiés spécifiquement aux consultations vidéo.

Un mode de consultation recommandé dans le contexte actuel :

  • La consultation vidéo permet aux personnes les plus fragiles, qui souhaiteraient limiter leurs déplacements, de ne pas interrompre leur accompagnement en psychologie du travail.

Idées reçues & réponses

“Une consultation vidéo n’est pas une vraie consultation” :

Une consultation physique peut s’avérer nécessaire dans certains cas. Mais dans de nombreuses circonstances, la consultation vidéo offre la même garantie d’expertise qu’une consultation classique et est tout aussi adaptée : écoute, avis et conseils sur des situations professionnelles problématiques (stress, burn-out, souffrance au travail, harcèlement moral et sexuel, violences externes ou internes, etc.), accompagnement à distance pour un projet d’orientation/mobilité/transition professionnelle, soutien au développement professionnel et coaching pour retrouver du sens et de la motivation au travail….

“Je ne sais pas bien comment cela fonctionne” :

C’est très simple : vous prenez rendez-vous comme d’habitude en ligne et sélectionnez simplement le mode de consultation “en vidéo”. Le jour J, vous pourrez effectuer votre consultation vidéo en cliquant sur le lien que vous aurez reçu par SMS ou email 10 minutes avant votre rendez-vous.

“Une consultation vidéo n’est pas sûre” :

Doctolib vous permet d’effectuer votre consultation vidéo en toute sécurité et garantit la confidentialité de vos échanges : la transmission est cryptée, la vidéo n’est pas enregistrée et vos données personnelles sont protégées.

Questions fréquentes & réponses

“Vais-je être remboursé comme pour une consultation physique ?”

Les consultations sont prises en charges par un grand nombre de mutuelles en consultation vidéo ou physique (le nombre et le montant varient toutefois selon les mutuelles de santé).

“La consultation vidéo est-elle beaucoup utilisée en France ?”

La consultation vidéo se démocratise de plus en plus et une très grande majorité de personnes en sont satisfaites :

  • 93% des utilisateurs Doctolib ayant effectué une consultation vidéo la recommanderaient à leurs proches.
  • Près de 5 millions de téléconsultations ont été réalisées sur Doctolib depuis le lancement du service début 2019.

“De quel équipement informatique ai-je besoin ?”

Un smartphone ou un ordinateur équipés d’une webcam et d’un accès à internet suffisent.

Prendre rendez-vous pour une téléconsultation

Mis en avant

Plus de sens au travail pour une meilleure santé ?

Des enquêtes réalisées sur les composantes du Sens au travail (notamment deux recherches menées par Morin & Cherré, 1999, Morin, 2008) ont mis en exergue des liens entre le sens au travail, la santé psychologique et le bien-être : plus un individu trouve du sens dans son travail, plus il démontre un bien-être et du plaisir à travailler (Aronsson et Morin cité dans Cherré, Zouhair & Yanat, 2014, p.151). Ce lien a été confirmé par des recherches complémentaires réalisées par Morin (2008) démontrant que le sens peut être source de bien-être et d’engagement, mais que son absence cause de la maladie et de la détresse (Morin cité par Cherré, Zouhair & Yanat, 2014, p.152).

Le sens au travail a une incidence sur la santé psychologique des personnes et peut avoir un impact positif sur l’efficacité professionnelle et l’adaptation. Ainsi, il est essentiel de ne pas contribuer à dégrader le sens au travail et, quand cela est possible, d’aider à le développer ou à le maintenir (Bernaud, Lhotellier & al., 2015, p.31).

La préservation et le développement du sens au travail est primordiale. Parce que le sens est un processus subjectif qui a un impact sur la santé ainsi que le bien-être psychologique. Il donne de la cohérence à l’expérience de travail.

Source : Mesquita, K. (2020). Extrait mémoire Psychologue du travail : En quoi le sens au travail favorise t’il le développement du pouvoir d’agir chez les managers ?

Témoignages & Avis

Retrouvez ici les témoignages et avis de mes patients.

Si vous êtes un patient actuel ou un ancien patient, n’hésitez pas à décrire vos impressions positives ou négatives de votre suivi ou consultation. Les témoignages sont à déposer directement en commentaires ici.

Vous pouvez également voir les avis déposés anonymement ici

Pauline tcht

2 avis

il y a 3 mois

Étant totalement perdue dans mes études (perte de sens, orientation…) j’ai contacté Karine à la recherche d’une aide et d’outils. Au fil des mois, Karine m’a accompagnée et j’ai su retrouver ma voie et savoir ce que je voulais accomplir Plus

Visité en avril

Réponse du propriétaire il y a 3 mois

Bonjour Pauline,
Merci pour ce commentaire très positif.
Je vous félicite pour votre investissement dans cette démarche de réflexion …Plus

Aurélie

23 avis·9 photos

il y a 6 mois

Karine est à l’écoute. Elle a su me redonner confiance dans mon changement d’entreprise. Elle a ma proposé des test afin de me conforter dans mes choix et dans l’analyse de ma personnalité. …Plus

Visité en août 2021

Réponse du propriétaire il y a 6 mois

Merci Aurélie pour ce retour. Je vous souhaite le meilleur pour cette nouvelle expérience professionnelle. Bien à vous

przmickael

2 avis

il y a 3 semaines Nouveau

Ponctuelle, sympathique et bienveillante, voilà comment je qualifierai Karine Mesquita. Les séances que j’ai effectué avec elle m’ont permis de prendre suffisamment de recul et d’obtenir des pistes de réflexion.

Visité en avril

Réponse du propriétaire il y a 2 semaines

Bonjour Mickael,
Merci pour votre avis.
Je vous souhaite une belle réussite professionnelle
Bien à vous

Maï va

9 avis·2 photos

il y a 6 mois

J’ai consulté Karine pour un mal-être au travail dont je ne savais identifier par moi-même la cause et mettre les actions adéquates en face. Grâce à son écoute, les tests fournis, les questions j’ai réussi à passer cette épreuve. Des solutions ont été trouvé ensemble. Je vais mieux et ce travail m’a fait grandir. N’hésitez plus !

Visité en janvier

Réponse du propriétaire il y a 6 mois

Merci Maï pour votre avis. Je vous souhaite le meilleur dans cet espace de liberté professionnelle que vous avez créé : de nouvelles aventures professionnelles en perspective ! Bien à vous.

Anne P.

1 avis

il y a 7 mois

Un grand merci à Karine Mesquita pour son écoute et ses remarques qui m’ont aidée à y voir plus clair et trouver les clés pour débloquer une situation professionnelle qui devenait compliquée. En quelques séances, elle a su m’apporter le soutien dont j’avais besoin et m’a incité à me poser les bonnes questions.

Visité en décembre 2021

Réponse du propriétaire il y a 7 mois

Merci Anne pour votre retour positif. Vous avez en effet identifié toutes les clefs pour avancer très vite. Un plaisir de vous accompagner dans vos questionnements professionnels. Bonne continuation.

Cath CATH

30 avis·1 photo

il y a 6 mois

Très bon suivi par Karine MESQUITA, elle est à l’écoute et donne des conseils précieux. Je restais bloquée sur ma dernière expérience professionnelle et j’avais des questionnements sur ma vie privée, ses conseils ont porté leurs fruits. Je suis sereine, je sais que je peux compter sur elle.

Visité en janvier

Réponse du propriétaire il y a 6 mois

Merci Cath pour ce retour positif. La richesse de vos expériences de vie et votre analyse aiguisée des situations vous permettront d’avancer sereinement. Je vous souhaite une belle poursuite dans votre parcours.

Alexandra

1 avis

il y a 7 mois

Merci de votre accompagnement Madame Mesquita. Vous m’avez aidée à dépasser une période vraiment difficile. Je me suis sentie si seule et incomprise lors de mon burn out et nos échanges m’ont beaucoup apporté. Je sais que je garde certaines fragilités mais je connais maintenant mes ressources. Bonne continuation à vous

Visité en novembre 2021

Réponse du propriétaire il y a 7 mois

Merci Madame pour ce retour positif. Vous possédez effectivement de réelles ressources. Ravie de vous avoir accompagnée dans votre transition professionnelle. Bonne continuation à vous.

JOHANN

1 avis

il y a 6 mois

Ma première consultation a été le parcours du combattant, ma de pensée consulter une psychologue ne m’a jamais effleurer l’esprit… Mon docteur traitant m’a fait une ordonnance pour la consultation auprès d’une psy, je me suis dit c’est …Plus

Visité en janvier

Réponse du propriétaire il y a 6 mois

Merci à vous Johann. Je vous souhaite une bonne continuation et de nouvelles perspectives professionnelles bien méritées. Bravo pour tout le chemin parcouru. Bien à vous.

Clémentine

1 avis

il y a 6 mois

Visité en juin 2021

Réponse du propriétaire il y a 6 mois

Merci Clémentine
Je vous souhaite une belle réussite dans vos projets.

victor

3 avis

il y a 4 mois

Visité en mars

Réponse du propriétaire il y a 4 mois

Merci Victor
Je vous souhaite une belle réussite de votre diplôme 😉

Flo Flo

il y a 5 mois

Visité en septembre 2021

Réponse du propriétaire il y a 5 mois

Merci Flo pour votre avis,
Je vous souhaite une belle continuation professionnelle
Bien à vous

Qu’est-ce que le sens du travail ?

Depuis une dizaine d’années, on assiste à l’émergence de la psychologie du sens.

De multiples ouvrages de référence, en santé, travail, éducation, sont apparus dans plusieurs pays (Batthyany & al., Bernaud & al., cité dans Bernaud 2018, p.13). Alors que ce concept aurait pu paraître curieux il y a quelques décennies, le fait de comprendre le sens de la vie et le sens du travail semble actuellement central pour analyser les conduites et initier des dispositifs de prévention. Néanmoins, le concept de sens n’est pas nouveau. Il appartient en effet au socle de la pensée humaine, qui a alimenté aussi bien le fait religieux que l’histoire des idées. Ainsi, Epicure, Sénèque, Nietzche, Camus, Sartre, Heidegger ont contribué à « penser le sens » (Bernaud, 2018, pp.14-17).

Le sens au travail fait quant à lui l’objet d’un développement des recherches ces dernières années. Il est considéré comme une variable jouant un rôle médiateur entre les conditions de travail perçues, et différents indicateurs de la santé au travail (Morin, citée dans Bernaud, 2018, p.96).

L’importance du sens au travail résulte certainement, comme le précise Royer (2002, p.18), de la place fondamentale qu’occupe le travail dans nos sociétés, même par son absence. Ce même auteur précise que notre civilisation serait en effet construite autour du travail et le temps humain (comme le temps des études qui préparent au travail, à l’âge de travailler succède la retraite, etc.) se structure autour de lui (2002, p.19).

Il en ressort que, « le métier de l’homme est l’une des composantes les plus importantes de son identité sociale, de son moi et même de son destin dans son unique existence » (Hugues cité dans Lhuillier, 2009, p.89). En corrélation avec notre société construite autour du travail, ce dernier a besoin d’être déchiffré par chacun afin de faire sens.

Le travail et son expérience s’interprètent en toute singularité, via la subjectivité propre à chaque individu. La subjectivité du sens peut être qualifiée de propriété marquante du sens. Chaque individu possède en effet des expériences professionnelles mais également de vie et un regard personnel qui lui permet d’attribuer un sens original et spécifique à l’objet qu’il analyse. Ainsi, ce qui est privilégié comme donnant du sens est toujours unique et s’illustre avec les valeurs du sujet, ce qui compte vraiment pour lui dans son travail et dans sa vie.

En cela, le sens prend une configuration propre à chacun.

A certains égards, le sens du travail peut être considéré comme une facette spécifique du sens de la vie, même si la plupart des recherches l’abordent de manière déconnectée des questions existentielles plus générales (Bernaud, Lhotellier & al., 2015, p.22).

Néanmoins, on peut constater que le sens au travail est devenu une préoccupation croissante dans les médias mais également dans un grand nombre d’ouvrages. L’exemple illustratif de Crawford : Eloge du carburateur : essai sur le sens et la valeur du travail est édifiant (cité par Bernaud, Lhotellier & al., 2015, p.22). Ainsi, Crawford dénonce les évolutions actuelles du travail qui tendent vers plus de fonctions intellectuelles et coupent du sens des réalités et de l’essentiel ; ainsi les jeux de pouvoir et de langage des managers actuels en constitueraient un exemple. Les managers doivent passer une bonne partie de leur temps à « gérer l’image que les autres se font d’eux ». Ils sont soumis sans répit à l’exigence de faire leurs preuves, les managers « vivent dans une angoisse et vulnérabilité perpétuelles, avec une conscience aigüe de la probabilité constante de bouleversements organisationnels susceptibles de faire capoter tous leurs projets (…). Une bonne partie de leur travail consiste donc à « interpréter et réinterpréter des évènements qui définissent une réalité (…).

Il semble essentiel de souligner la nécessité impérieuse de ce travail d’interprétation et de réinterprétation. En effet, si le sens peine à s’élaborer, de manière individuelle et collective la santé au travail est hasardeusement mise à l’épreuve.

Source : Mesquita, K. (2020). Extrait mémoire Psychologue du travail : En quoi le sens au travail favorise t’il le développement du pouvoir d’agir chez les managers ?

Souffrance au travail du manager

Le manager face à l’incertitude

Le métier de manager n’est pas sans risques. Comme tout salarié, le manager est face à un ensemble de questions, de doutes et perplexités soulevés au travail. En ce qui concerne la maîtrise de l’incertitude dans l’organisation, la relation hiérarchique du manager avec son manager est fondamentale (Ayache & Laroche, 2010, p.134).

La hiérarchie à ce niveau peut parfois être un lieu d’ambiguïté. En effet, le lien hiérarchique peut parfois être oublié ou même négligé par les Directeurs ou cadres supérieurs compte tenu de la forte proximité avec leur Directeur Général (Mieg, 2015, p.32).

Pourtant, la qualité du lien hiérarchique est fondamentale dans la prévention de la souffrance au travail. En effet, la qualité du lien temporise l’incertitude et la solitude auxquelles peut être confronté le manager et permet également de donner du sens à son action.

Lhuilier (2009, p.89) note que, d’une manière générale, le sujet est de plus en plus seul pour arbitrer, décider de ce qui est juste ou non, ce qui doit être fait et comment. Ainsi, l’augmentation de la solitude au travail rejoint la problématique de la reconnaissance.

En effet, tout travail implique des jugements en termes de valeurs et de prestiges ; par conséquent, tout discours sur le travail réalisé « comporte une rhétorique de la valorisation de soi et de la distinction qui passe par la hiérarchie sociale » (Lhuilier, 2009, p.89).

Dejours précise que la reconnaissance (comme rétribution morale ou symbolique) délivrée par autrui est essentielle (2016, p.59) pour le travailleur (la reconnaissance joue un rôle majeur pour son identité et appartenance à un collectif de travail notamment).

Clot a, quant à lui, une position différente puisqu’il précise que ce qui est fondamental au travail, c’est plutôt de se reconnaître dans ses résultats, dans le travail accompli et dans « ce qu’on fait de soi dans sa propre activité ». C’est pourquoi se reconnaître dans le métier c’est aussi se retrouver dans ce qu’on réalise, au travers des quatre dimensions du métier (c’est-à-dire les dimensions qui peuvent être : personnelle, interpersonnelle, transpersonnelle et impersonnelle du métier). Ce point sera développé dans le dernier chapitre de cette revue de questions.

Par conséquent, si la temporisation de l’incertitude passe par la reconnaissance, elle nécessite également pour le manager des capacités d’analyses et d’ajustages permanents entre ce qui est possible et ce qui ne l’est pas ; c’est-à-dire en déterminant des priorités à partir des orientations transmises par la hiérarchie mais aussi de la capacité à faire de ses équipes (Mieg, 2015, p.32).

Les ajustages permanents inhérents au métier de manager confrontent inévitablement le manager à sa Direction générale et à ses collaborateurs.

La confrontation du manager à sa Direction et à ses collaborateurs mobilise des ressources conscientes et inconscientes qui peuvent lui échapper. De ce fait, continuellement, le manager doit se remettre en question et ré-apprendre à supporter l’incertitude de sa fonction.

C’est pourquoi le management est difficile car la situation d’encadrement isole et fragilise les liens interpersonnels (Mieg, 2015, p.160) ; cette spécificité de la posture de manager peut générer de la souffrance au travail.

La souffrance au travail peut être évoquée d’après Clot dès lors que l’activité est empêchée. La santé au travail repose en effet sur la capacité accordée aux travailleurs de discuter de la qualité de ce qu’ils font mais aussi de ce qu’ils sont empêchés de faire.

C’est pourquoi le collectif est fondamental en termes de prévention de la souffrance au travail (Clot, 2015, p.40).

Dejours (2015, p.286) identifie que la souffrance (même si elle peut connaître des destins différenciés comme le plaisir) est d’une manière générale indissociable de l’expérience du travail. La souffrance en tant que vécu subjectif, renvoie toujours à une expérience singulière liée à des situations et des pratiques de travail spécifiques. Par ailleurs, ce même auteur (2015, p.285) évoque la nécessité de mise en confrontation/délibération en groupe des expériences individuelles du travail, avec ce qu’on appelle le réel du travail (c’est-à-dire l’inattendu tel que les anomalies, les incidents du travail, etc.).

Ce réel du travail qui cherche à s’interpréter de manière individuelle et collective est fondamental car il peut permettre la prévention de la souffrance au travail via la recherche de sens au travail.

Source : Mesquita, K. (2020). Extrait mémoire Psychologue du travail : En quoi le sens au travail favorise t’il le développement du pouvoir d’agir chez les managers ?

Être manager ? C’est quoi ?

Du management au travail de management

Manager ? Ce n’est pas seulement être « encadrant », « chef », « responsable », « directeur », etc. C’est aussi, et, surtout animer des personnes pour réaliser une œuvre commune (Mieg, 2015, p.7). En outre, le terme « management » (Delavallée, 2013, p.13) semble posséder la même racine latine que ménagement, mot français du XVIe siècle, dérivé de ménager qui signifie disposer, régler avec soin et adresse, précise le Petit Robert. Son étymologie est, toujours d’après Delavallée, plus claire que sa signification actuelle. La notion de management est, en effet, employée de multiples manières (exemple : pour qualifier une activité professionnelle, un corpus de connaissances ou encore des techniques). D’après ce même auteur, « faire faire » et « performance » restent cependant les deux mots clefs au cœur de la fonction de management.

Par ailleurs, être manager est également un travail et un métier.

Définir le management : travail, métier

Parfois considéré comme une simple fonction ou encore une mission, le management est présenté par Hubault (2013, p.81) comme un véritable « travail ». Malgré cela, la gestion, les disciplines du management en général, évoquent peu ou pas le travail de management. Pourtant, passer par le travail est essentiel car c’est un moyen de réconcilier le management et la gestion avec les questions du travail, mais également d’appréhender le travail comme ressource.

En plus d’être un travail, le management est également un métier car il rassemble des compétences qui se développent dans la pertinence des actions et de décisions en situation. Le manager est ainsi un sujet au travail car il investit son activité de management à partir de ce qu’il est, de sa représentation du travail, et de ce qu’il a compris des attentes de sa hiérarchie et de ses collaborateurs (Mieg, 2015, p.22).

Par ailleurs, compte tenu de leur positionnement hiérarchique et proches de la sphère stratégique (DGS), ils sont constamment en prise avec ce qui se déroule en interne de la collectivité (exemple : jeux de pouvoir et choix opérationnels) et avec ce qui est imposé par le contexte externe (exemple : évolution réglementaire, modification de la demande sociale du territoire).

En permanence, ils doivent croiser des logiques, parfois paradoxales, et en faire la synthèse.

Enfin, ils doivent faire preuve de discrétion professionnelle concernant les choix stratégiques qui ne peuvent être dévoilés qu’à des moments opportuns. Ainsi, les Directeurs ou cadres supérieurs peuvent être parfois dans une grande solitude (Mieg, 2015, p.32).

Au vu de ces éléments, on peut noter l’importance de la hiérarchie pour le manager qui est comme les autres agents au sein de la collectivité, un « subordonné ».

Le management face à la hiérarchie : le manager en tant que subordonné

Les managers ont des supérieurs hiérarchiques. Malgré l’évidence, la littérature sur les managers à tendance à négliger ce fait et à considérer uniquement que le manager est celui qui dirige des personnes (Ayache & Laroche, 2010, p.134).

Le rôle de la hiérarchie est essentiel car dans une organisation, celle-ci est un moyen de réduire l’incertitude. En effet, au sommet, le dirigeant définit une stratégie pour réduire l’incertitude de ses cadres supérieurs.

Parfois, le déficit de sens dans la déclinaison d’une stratégie à travers les orientations est présent. Ce déficit peut apparaître compte tenu que la dimension politique inhérente au projet administratif de la collectivité n’a pas été suffisamment appréhendée sur le plan politique, c’est-à-dire dans son inscription et sa responsabilité à l’échelle d’un environnement ou d’un territoire donnés (Mieg, 2015, p.36).

A chaque niveau de la hiérarchie, le développement du sens est à privilégier constamment, car temporiser l’incertitude est un facteur de préservation de la santé au travail. A contrario, une incertitude de grande ampleur peut être un risque de souffrance au travail pour le manager.

Source : Mesquita, K. (2020). Extrait mémoire Psychologue du travail : En quoi le sens au travail favorise t’il le développement du pouvoir d’agir chez les managers ?

Sens du travail, sens de la vie ?

Depuis une dizaine d’années, on assiste à l’émergence de la psychologie du sens. De multiples ouvrages de référence, en santé, travail, éducation, sont apparus dans plusieurs pays (Batthyany & al., Bernaud & al., cité dans Bernaud 2018, p.13). Alors que ce concept aurait pu paraître curieux il y a quelques décennies, le fait de comprendre le sens de la vie et le sens du travail semble actuellement central pour analyser les conduites et initier des dispositifs de prévention. Néanmoins, le concept de sens n’est pas nouveau. Il appartient en effet au socle de la pensée humaine, qui a alimenté aussi bien le fait religieux que l’histoire des idées. Ainsi, Epicure, Sénèque, Nietzche, Camus, Sartre, Heidegger ont contribué à « penser le sens » (Bernaud, 2018, pp.14-17).

Le sens au travail fait quant à lui l’objet d’un développement des recherches ces dernières années. Il est considéré comme une variable jouant un rôle médiateur entre les conditions de travail perçues, et différents indicateurs de la santé au travail (Morin, citée dans Bernaud, 2018, p.96).

L’importance du sens au travail résulte certainement, comme le précise Royer (2002, p.18), de la place fondamentale qu’occupe le travail dans nos sociétés, même par son absence. Ce même auteur précise que notre civilisation serait en effet construite autour du travail et le temps humain (comme le temps des études qui préparent au travail, à l’âge de travailler succède la retraite, etc.) se structure autour de lui (2002, p.19).

Il en ressort que, « le métier de l’homme est l’une des composantes les plus importantes de son identité sociale, de son moi et même de son destin dans son unique existence » (Hugues cité dans Lhuillier, 2009, p.89). En corrélation avec notre société construite autour du travail, ce dernier a besoin d’être déchiffré par chacun afin de faire sens.

Le travail et son expérience s’interprètent en toute singularité, via la subjectivité propre à chaque individu. La subjectivité du sens peut être qualifiée de propriété marquante du sens. Chaque individu possède en effet des expériences professionnelles mais également de vie et un regard personnel qui lui permet d’attribuer un sens original et spécifique à l’objet qu’il analyse. Ainsi, ce qui est privilégié comme donnant du sens est toujours unique et s’illustre avec les valeurs du sujet, ce qui compte vraiment pour lui dans son travail et dans sa vie.

En cela, le sens prend une configuration propre à chacun.

A certains égards, le sens du travail peut être considéré comme une facette spécifique du sens de la vie, même si la plupart des recherches l’abordent de manière déconnectée des questions existentielles plus générales (Bernaud, Lhotellier & al., 2015, p.22).

Source : Mesquita, K. (2020). Extrait mémoire Psychologue du travail : En quoi le sens au travail favorise t’il le développement du pouvoir d’agir chez les managers ?

Chef(fe)s d’entreprise, indépendant(e)s, entrepreneur(euse)s : comment traverser la tempête du covid-19 ?

La crise sanitaire que nous traversons a fortement impacté les entreprises/ établissements publics, les collectifs de travail et la capacité des dirigeant(e)s à se projeter. Elle a engendré une crise économique majeure, d’ampleur inédite dont les conséquences fragilisent leur pérennité et sont parfois désastreuses.  En période de forte incertitude impactant différents facteurs tels que la survie de l’entreprise, la sauvegarde des emplois, la santé du personnel, et dans un contexte de directives gouvernementales changeantes, les facteurs de risques psychosociaux se cumulent.

Face à cette situation et au climat anxiogène qui y est associé, les chef(fe)s d’entreprise sont confronté(e)s à des injonctions paradoxales extrêmement couteuses et éprouvantes psychologiquement. En outre, ceux-ci sont frappés par 5 des 6 dimensions de risques psychosociaux développées dans le rapport Bodier et Gollac en 2011 [intensité et temps de travail, exigences émotionnelles, manque d’autonomie et de marge de manœuvre, conflits de valeurs, insécurité de la situation de travail] qui se cumulent dans de nombreuses organisations.  Aussi, les demandes de conseil et d’accompagnement en psychologie du travail augmentent, notamment auprès des indépendant(e)s et entrepreneur(euse)s.

Souvent minimisées, les difficultés des entrepreneur(euse)s sont pourtant bien réelles. Tous les secteurs d’activité sont concernés. Toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, ont été confrontées à des bouleversements brutaux sans permettre aux dirigeants d’accompagner qualitativement les changements : baisse d’activité versus surcharge d’activité, modalités et organisation du travail (changements de rythme, horaires, télétravail…), difficultés économiques, absentéisme, perte de sens…

Derrière ce chaos, des femmes, des hommes, des familles sont touchés. Silencieusement et courageusement des chef(fe)s d’entreprise se battent au quotidien pour surmonter cette crise, faire face à leurs responsabilités et aux injonctions massives tout en assurant la continuité de leur activité et la sauvegarde des emplois.

Pour les indépendant(e)s et entrepreneur(euse)s, son impact peut toucher profondément la confiance en soi, le besoin de soutien et de sécurité, le besoin de créativité, de se réaliser, le besoin de contrôle, la recherche de sens voire la nécessité de continuer à  travailler tout simplement.

Comment traverser la tempête ? Comment faire face à ces injonctions avec courage et « autoprotection », renouer avec la confiance en soi et en l’avenir ?

Si nous ne pouvons pas intervenir sur la situation sanitaire, les mesures imposées, ni avoir une échéance définie quant à cette sortie de crise, il est possible d’agir sur les ressources des dirigeants à faire face ; notamment le regard qu’ils portent sur les évènements actuels à travers l’expression de leurs émotions. Un temps d’échanges entre pairs qui partagent des préoccupations et des difficultés communes peut permettre un réel soutien.

Des groupes de parole (4 à 6 séances en soirée de 2h00 sur 2 mois) peuvent être proposés à la demande pour évaluer l’impact de la crise et libérer la parole des chef(fe)s d’entreprises afin de ré-ouvrir collectivement  le champs des possibles par le partage d’expériences.

CONTACT

psychologues.karinemesquita@gmail.com

06 50 42 52 89

Comment limiter le ras-le-bol et le risque de décrochage des étudiant(e)s en période de covid-19 ?

Les étudiant(e)s sont particulièrement impacté(e)s par l’épidémie de Covid-19 : enseignement à distance, manque de ressources financières pour certain(e)s, liens sociaux réduits à néant, démotivation, perte de sens, stress, anxiété…

De plus, les perspectives d’avenir des lycéens et des étudiants à l’heure du coronavirus suscitent des doutes, questionnements et/ou des inquiétudes.

Pour répondre aux questions d’orientation (et limiter le décrochage scolaire) le conseil en orientation peut permettre à des adolescent(e)s ou jeunes adultes de faire le point sur leurs compétences personnelles ainsi que sur leurs aptitudes et motivations. L’accompagnement en orientation scolaire permet de définir un projet d’orientation professionnelle et/ou un projet d’étude, de formation. C’est un accompagnement à la prise de décision qui permet de mieux se connaître, clarifier ses choix et reprendre confiance dans ses compétences.

Où et comment bénéficier de conseil en orientation ?

  • Présentiel (100 % face à face) : SensOrientation – Chartres (28000) et Morancez (28630)
  • Hybride (mixte présentiel et distanciel)
  • A distance, en ligne

Par ailleurs, si l’étudiant(e) est en détresse psychologique (déprime, stress, anxiété, mal-être lié à l’isolement et la solitude, problème de sommeil…), l’association SPS propose un dispositif d’accompagnement psychologique via une ligne d’écoute (100% de décrochés par un psychologue, 24h/24-7j/7, anonyme et confidentiel, gratuit).

Témoignages & Avis

Retrouvez ici les témoignages et avis de mes patients. Si vous êtes un patient actuel ou un ancien patient, n’hésitez pas à décrire vos impressions positives ou négatives de votre suivi ou consultation. Les témoignages sont à déposer directement en commentaires ici. Vous pouvez également voir les avis déposés anonymement ici.  Pauline tcht 2 avis ilLire la suite « Témoignages & Avis »

Qu’est-ce que le sens du travail ?

Depuis une dizaine d’années, on assiste à l’émergence de la psychologie du sens. De multiples ouvrages de référence, en santé, travail, éducation, sont apparus dans plusieurs pays (Batthyany & al., Bernaud & al., cité dans Bernaud 2018, p.13). Alors que ce concept aurait pu paraître curieux il y a quelques décennies, le fait de comprendreLire la suite « Qu’est-ce que le sens du travail ? »

Souffrance au travail du manager

Le manager face à l’incertitude Le métier de manager n’est pas sans risques. Comme tout salarié, le manager est face à un ensemble de questions, de doutes et perplexités soulevés au travail. En ce qui concerne la maîtrise de l’incertitude dans l’organisation, la relation hiérarchique du manager avec son manager est fondamentale (Ayache & Laroche,Lire la suite « Souffrance au travail du manager »

Être manager ? C’est quoi ?

Du management au travail de management Manager ? Ce n’est pas seulement être « encadrant », « chef », « responsable », « directeur », etc. C’est aussi, et, surtout animer des personnes pour réaliser une œuvre commune (Mieg, 2015, p.7). En outre, le terme « management » (Delavallée, 2013, p.13) semble posséder la même racine latine que ménagement, mot français du XVIe siècle, dérivé deLire la suite « Être manager ? C’est quoi ? »

Téléconsultation : ensemble, prenons soin de votre santé au travail

Comment allez-vous aujourd’hui ? Une simple question posée régulièrement au travail par nos collègues, notre hiérarchie à laquelle nous répondons “ça va” par automatisme. Pourtant, la santé mentale au travail est un enjeu de santé publique majeur, mis en lumière par la crise sanitaire de la COVID-19. Peur du virus, privation de liberté, incertitude généralisée… laLire la suite « Téléconsultation : ensemble, prenons soin de votre santé au travail »

Plus de sens au travail pour une meilleure santé ?

Des enquêtes réalisées sur les composantes du Sens au travail (notamment deux recherches menées par Morin & Cherré, 1999, Morin, 2008) ont mis en exergue des liens entre le sens au travail, la santé psychologique et le bien-être : plus un individu trouve du sens dans son travail, plus il démontre un bien-être et du plaisirLire la suite « Plus de sens au travail pour une meilleure santé ? »

Chef(fe)s d’entreprise, indépendant(e)s, entrepreneur(euse)s : comment traverser la tempête du covid-19 ?

La crise sanitaire que nous traversons a fortement impacté les entreprises/ établissements publics, les collectifs de travail et la capacité des dirigeant(e)s à se projeter. Elle a engendré une crise économique majeure, d’ampleur inédite dont les conséquences fragilisent leur pérennité et sont parfois désastreuses.  En période de forte incertitude impactant différents facteurs tels que laLire la suite « Chef(fe)s d’entreprise, indépendant(e)s, entrepreneur(euse)s : comment traverser la tempête du covid-19 ? »